Les contres vérités des fourreurs

On peut lire, sur les sites des fourreurs, que la fourrure animale est écologique

Quels sont leurs arguments et que doit on croire?

 

Les fourreurs avances plusieurs arguments, qui sans analyses approfondies paraissent raisonnables.

  1. La fourrure est biodégradable

  2. La durée de vie d’un vêtement de vraie fourrure est plus longue que celle d’un vêtement de fausse fourrure

  3. Les animaux utilisent et tuent d’autres animaux pour survivre dans la nature : L’Homme ne déroge pas forcement a la règle.

Le dernier argument dépend des convictions de chacun et du rôle que nous voulons voir l’Homme jouer dans son écosystème :

Celui d’un superprédateur abusant de ses outils pour détruire les autres espèces, tout ce qui l’entoure et finalement son propre habitat quitte à en subir de lourdes conséquences, ou celui d’un superprédateur raisonné capable de s’harmoniser pour préserver et conserver son environnement et ce qui l’habite.

Pour répondre aux deux premiers arguments, une étude a été réalisée : « Impact environnemental de la fourrure et de la fausse fourrure / comparaison – CE Delft, 2013 »  (source) dont le PDF est disponible ci dessous.

2013impact des vraies et fausses fourrures sur l’environnement

 

Pour les moins courageux ( et les moins anglophones ), voici un petit récapitulatif rapide :

  • Si on prend en compte l’ensemble des étapes de la réalisation d’un manteau de fourrure ( de l’élevage à la destruction du produit final pour une fourrure animale, de la fabrication des fibres à la destruction du  produit final pour une fausse  ), il y a  de 4.5 à 7 fois moins d’émission de CO2 lors de la production de fausse fourrure.

 

  • Cependant, entrent en compte également la composition du support de la fausse fourrure ( la laine aura un plus gros impact sur l’environnement que le coton par exemple ), les conditions de stockage et de nettoyage de la vraie fourrure ( qui dure plus longtemps si il y a un stockage au frais ).

Ainsi, après test de plusieurs scenarios, et au vu de ce qui a été énoncé précédemment, voici un graphique récapitulatif des résultats :

  • D’après  l’industrie de la fourrure naturelle (DSS, 2011), un manteau de fourrure animale dure  5 fois plus longtemps qu’un manteau de fausse fourrure, c’est pourquoi pour la comparaison, c’est l’impact de 5 manteaux de fausses fourrures de chaque catégorie qui a été étudié. ( considérons qu’un manteau de fausse fourrure a une durée de vie d’environ 1 an ).

→ On constate que l’impact écologique de la fausse fourrure est moindre par rapport à celui de la vraie ( Dans le cas d’un support en laine, l’écart est moins creusé ).

 

Et ceci sans considérer les variations de la mode dans la durée de vie de la vraie fourrure !

Cette étude, en prenant en compte tous les facteurs influençant l’environnement et toutes les étapes de la vie d’un manteau nous apporte enfin une preuve scientifique  que « la fourrure animale écologique » est un joli slogan, mais est surtout vide de sens !

 

Qu’est-ce que le greenwashing ?

Le green washing, ou en français l’éco blanchiment,consiste pour une entreprise à orienter ses actions marketing et sa communication vers un positionnement écologique. C’est le fait souvent, de grandes multinationales qui de par leurs activités polluent excessivement la nature et l’environnement. Alors pour redorer leur image de marque, ces entreprises dépensent dans la communication pour « blanchir » leur image, c’est pourquoi on parle de green washing.

Définition du Greenwashing de l’ADEME (source : http://www.institutdesondage.com)