–L’élevage de visons de Montarlot Les Rioz (70)–

Article de l’Est Républicain Vesoul

Vendredi dernier, le 6 octobre 2017, une terrible déception quand nous avons appris le résultat des votes des membres du CODERST (10 « pour » et 4 « contre », donnant leur aval pour l’extension de l’élevage.
Au-delà des risques extrêmement élevés de pollution de l’environnement, se pose le problème éthique : en 2018 faut-il que le peuple français supporte contre son gré des élevages concentrationnaires d’animaux élevés uniquement pour un plaisir morbide, la FOURRURE ?

La dernière chance pour que cet élevage ne s’agrandisse pas sera l’avis, nous l’espérons, « éclairé » de la préfète de Haute-Saône Mme Marie Françoise LECAILLON.

Il est très important de noter que nous avons proposé à l’éleveur notre aide pour une reconversion : Transformer l’élevage de la mort en centre pédagogique d’approche du vison d’Amérique.
« Nous continuons à espérer que son cœur pourra lui faire entendre raison. »

Historique : Nous étions samedi 3 juin 2017 auprès du commissaire enquêteur qui émet un avis « pour » ou « contre » l’augmentation de l’effectif des visons condamnés à mort  !

Lors de notre présence à Montarlot, nous avons rencontré et parlé plusieurs minutes avec l’éleveur, M. Chassin.

Existe-t-il un lien entre l’élevage d’Emagny et celui de Montarlot les Rioz : OUI !
Jusqu’à maintenant l’éleveur de Montarlot récupérait la nourriture des visons à l’élevage d’Emagny…. et des passages d’animaux de l’un à l’autre ? 

Voilà ce que l’on trouve sur internet lorsque l’on recherche des informations sur l’élevage :

CHASSAIN SYLVAIN GUY GERARD est une entreprise relativement jeune qui a été créée en août 2010 et qui est implantée à MONTARLOT LES RIOZ (Haute-Saône).
C’est une entreprise de type Exploitant agricole enregistrée avec le code NAF 0149Z, secteur Élevage d’autres animaux.

A aucun endroit il n’est spécifié que les « autres animaux » sont des visons.
Forcément la règle d’or dans ce type d’élevage c’est d’être invisible et ne pas faire de vague.

Ces visons vont survivre durant 6 à 8 mois (durée de leur courte vie) dans des cages entièrement grillagées.

INITIALEMENT L’ÉLEVAGE DÉTIENT 2000 VISONS mais l’éleveur projette d’augmenter son effectif.
En ce moment même l’éleveur a déposé un dossier à la préfecture pour obtenir une autorisation d’augmenter son cheptel et passer à 7700 visons.

L’avocate permanente de l’association Combactive a terminé son rapport de 14 pages et le président le remettra au commissaire enquêteur samedi 3 juin.
Contrairement à nos inquiétudes de départ, l’avocate a su trouver pas moins de 9 failles, incohérences, inexactitudes qui nous l’espérons fort, permettra d’émettre un avis ÉVIDEMMENT DÉFAVORABLE !

AIDEZ NOUS A COMBATTRE CET ELEVAGE DE LA MORT

Sauvez les visons FAITES UN DON