Les pays qui interdisent la fourrure

Les pays Bas

En 2013, le Parlement de La Haye a voté l’interdiction d’élever des visons pour leur fourrure. Les 160 exploitations concernées ont jusqu’en 2024 pour assurer leur arrières et se reconvertir.

 

Autriche

Selon le Austrian Animal Welfare, texte de loi concernant les droits des animaux,  les fermes à fourrures sont proscrites depuis 2004.

 

Croatie et Japon

En 2017 dernier délais les dernières fermes à fourrure ont dû fermer leurs portes.

 

Danemark 

L’exploitation de renards pour leur fourrure sera interdite à partir de l’année 2024.

 

Grande Bretagne

En 2003 un texte de loi interdisant les fermes à fourrure est entré en vigueur, si bien qu’aucun des pays de la Grande Bretagne ne présente encore ce type d’exploitation.

 

Suisse

Seuls les fermes à visons sont interdits, mais les règles régissant les autres type d’élevage à fourrure sont si stricts qu’ils ne sont plus viables et ont ainsi tous fermés.

Il n’y a donc plus de ferme à fourrure en Suisse.

 

La Slovénie

Depuis 2015, la grosse majorité des élevages pour la fourrure ont fermé. Seuls quelques fermes à Chinchilla subsistent, ce que nous espérons être temporaire.

 

La Bosnie-Herzégovine

A partir de 2018 les fermes à fourrure devraient toutes être fermées.

 

La Suède 

Les pays d’Europe du Nord étant historiquement et économiquement très liés à l’utilisation et au commerce de fourrure, la Suède s’en défait étape par étape.

En 2001 les derniers élevages de renards fermaient, suivit de ceux de chinchillas 13 ans après, en 2014.

 

La Macédoine

Bien que n’exploitant pas la  fourrure, la Macédoine a rédigé un texte de loi symbolique, interdisant en 2014 les fermes à fourrure.

 

Israël

Des démarches sont en court pour faire interdire tout commerce de fourrure sur le territoire. Affaire à suivre !

 

La Belgique

Encore un sujet de discorde entre les wallons et les flamands : les fermes à fourrure sont interdites en Wallonie depuis 2016. Il en reste  une quinzaine en Flandres.