La véritable histoire des visons d’Emagny !

Face aux diffusions récentes et récurrentes d’informations inexactes concernant l’élevage d’Émagny, nous voulions apporter un soupçon de réalité.

Préambule :

Cycle de la vie d’un vison d’Amérique
« Né pour mourir pour la fourrure »

L’accouplement a lieu début mars.
Les naissances ont lieu sur l’élevage entre mi-avril et mi-mai.
Les petits restent entre 1 et 2 mois avec la mère avant d’être séparés (si la place dans les autres cages le permet).

Les visons vivront la plupart de leur vie sur du grillage sauf les moments où ils se réfugient dans ce que les éleveurs appellent « le nid », un petit compartiment en bois (quand il est bien présent dans la cage).

Et maintenant c’est la fin !
Dans les prochains jours, peut-être la semaine prochaine ou la suivante, les éleveurs enlèveront la vie aux animaux.
Les visons seront attrapés et jetés dans un caisson pouvant détenir plusieurs dizaines d’animaux à la fois et ils mourront plus ou moins rapidement asphyxiés par du gaz, le plus souvent de pot d’échappement.

Ce cycle est exactement le même pour les élevages d’Emagny et de Montarlot les Rioz.

 

Historique :

– Création de l’élevage en 1985 sous le régime de la déclaration pour un effectif de 1000 visons.

– Entre 1985 et un peu avant 2010 (soit pendant environ 25 ans), l’éleveur a fait tout ce qu’il a voulu et, en fonction des années, il aurait avoisiné les 10 000 animaux.

– Avant 2010, c’est l’association CPEPESC qui opère les 1ères investigations, enquêtes, tribunal et qui obtient plusieurs victoires couronnées par de lourdes astreintes infligées à l’éleveur, à la préfecture ainsi qu’à la mairie d’Emagny.

– En 2012 L’élevage obtient une autorisation  préfectorale pour 5000 animaux. L’association Combactive prend connaissance de l’historique et commence les investigations aux côtés de la CPEPESC.

– 2014 L’éleveur est condamné pénalement (pour la troisième fois) à une peine d’emprisonnement avec sursis

– 2015 grande victoire puisque le tribunal administratif annule les autorisations de l’élevage accordées en 2012 sur les requêtes de Combactive. A ce moment-là,  l’éleveur est censé se conformer à l’effectif maximum de sa déclaration initiale. Les jugements et condamnations pénales qui s’ensuivront sont la conséquence de cette victoire.

-2016 la préfecture rejette une nouvelle demande d’autorisation pour élever 18200 visons

– 2016 PRISON FERME pour l’éleveur qui se voit condamné pénalement une quatrième fois (Avec ça on fait le buzz !! Aucun éleveur de visons n’a jamais été condamné à une telle peine en France et probablement même en Europe)

– 2018 (janvier) Nouveau refus préfectoral d’une nouvelle demande d’autorisation pour 18200 visons

– 2018 (janvier) Dépôt de bilan de la SCEA le Charmot, l’élevage de visons d’Emagny (liquidation toujours en cours à ce jour, ce qui ne signifie pas pour autant que l’exploitation a effectivement cessé ni qu’elle ne sera pas éventuellement poursuivie par une autre structure nouvellement créée par les mêmes personnes)

– 2018 (mai) le recours formé par l’éleveur contre l’arrêté de refus a été rejeté par le président du tribunal administratif avant toute audience, sans l’aide ni l’intervention de quiconque, le motif de ce rejet étant que ce recours était manifestement  irrecevable  car il ne comportait aucun argument juridique

Conclusion :

* L’éleveur a bien tenté de déposer un recours au tribunal administratif contre l’arrêté préfectoral lui interdisant de détenir 18200 mais son recours n’a pas été jugé recevable par le tribunal.
Il n’y a donc aucune plainte ni aucune autre action à donner.

* L’élevage n’a jamais eu jusqu’à présent une interdiction de détenir des visons  puisqu’il aurait le droit d’en détenir jusqu’à 1000, selon les termes de sa déclaration initiale de 1985 qui serait toujours en vigueur selon la position adoptée actuellement par la préfecture.

Depuis plusieurs mois, nous tentons de démontrer qu’en vertu d’une récente réforme, la sanction de fermeture doit s’appliquer sans marge de manœuvre possible.

Mais nous n’en sommes pas encore à cette fermeture effective.

Voilà où en est l’élevage de visons d’Emagny, tout simplement.

Pétition avec + de 108 000 signatures, signez ici

Si vous détenez d’autres informations qui vous paraissent importantes et que vous souhaitez nous les communiquer ou si vous souhaitez plus de détails, vous pouvez nous contacter par e-mail, contact@emagny-elevage-visons.fr

Victoire pour les visons d’Emagny !

Après des années de combat juridique et sur le terrain, l’association Combactive a l’immense plaisir d’annoncer que la préfecture a pris un arrêté définitif interdisant l’extension de l’élevage d’Emagny à 18200 visons.

Tout cela n’aurait pas été possible sans votre soutien lors des manifestations, protestations et le soutien financier que vous nous avez apporté pour les très nombreuses procédures. Nous avions réussi déjà à faire condamner cet éleveur à de la prison ferme en 2016.

Nous allons continuer la lutte pour les animaux, mais cela ne pourra pas se faire sans votre soutien !

 

Aider nous à continuer en faisant un DON

 

Nous remercions également :

*Notre avocate sans qui aucune victoire n’aurait été possible

*L’expert en gestion des sols

*Les élus qui se sont positionnés : le député Eric Alauzet, l’ex député Laurent Grandguillaume, l’ex députée Laurence Abeille, les députés Xavier Paluszkiewicz, Loïc Dombreval, Joël Giraud, Bastien Lachaud ainsi que de très nombreux maires sensibles de région.

*Toutes les associations à nos côtés durant ce long combat : Animal Cross, Animal Rights, Animalter, Animus Defend Animal, Anti-Fur Coalition, Association Stéphane Lamart, CABLE, CPEPESC, Dignité Animale, Fondation Bardot, Fourrure Torture, Humanimo, L214, Merci la Mode, Mieux Vivre Au Valay, Mode Sans Fourrure, One Voice, Peta France, Société Anti Fourrure, SPA de Paris, Véthique, SNDA, 30 Millions d’Amis et certainement d’autres que dans la précipitation nous oublions

 

 

Décision, Avis du CODERST

C’est mardi dans l’après-midi que s’est réuni le CODERST (Conseil départemental de l’environnement, des risques sanitaires et technologiques) à Besançon pour rendre un dernier avis avant la décision finale du préfet en ce qui concerne le devenir du tristement célèbre élevage de visons d’Emagny.

C’est une nouvelle grande victoire pour l’environnement et pour la cause animale !

Sur 22 votants, c’est à quasiment l’unanimité qu’un refus a retenti et résonne encore à nos oreilles.

Refus de régulariser et d’augmenter son effectif à 18200 animaux encagés.

Nous savourons cette belle victoire et tenons à remercier tous les présents et votants au sein du CODERST (enfin surtout les 17 qui ont voté CONTRE).

Cette fois la plupart des votants avaient une maîtrise très complète du dossier, ils ont su apprécier, la situation dans sa globalité et conclure de la façon la plus logique.

Il n’était pas possible imaginer qu’une entreprise si particulière qui élève dans des conditions indignes et abat plusieurs milliers d’animaux pour les transformer en accessoires de mode soit régularisée et confortée dans le non-respect des lois françaises.

Cet avis corrobore l’avis de la population puisque le sondage lancé en ligne depuis seulement une semaine donne un résultat de plus de 2000 personnes qui ont voté POUR la fermeture de l’élevage d’Emagny.

Maintenant nous attendons la décision finale de Monsieur le Préfet et continuons notre travail auprès des décideurs politiques pour faire interdire tout simplement les élevages d’animaux à fourrure en France.

Parallèlement nous continuons à informer le public des dessous de la fourrure que ce soit de visons pour un manteau ou de chien viverrin ou d’un autre animal sur un col de doudoune.

Le travail d’information et de mise au grand jour que nous menons depuis début 2012 porte enfin ses fruits.

Il est important de remercier tous nos partenaires, associations ou particuliers qui nous aident partout en France et à l’étranger.
Aussi bien en local, les habitants des villages avoisinants sont de plus en plus nombreux à nous contacter mais aussi nos associations amies de Paris et d’ailleurs pour relayer les informations auprès des grandes instances publiques.

C’est tous unis que nous améliorerons la condition de vie des plus faibles, des sans voix, nos amis les animaux.

 

Et comme à la fin des courriers on demande toujours des sous !
Si vous en avez envie, si vous le pouvez , vous pouvez nous aider :

Avis du commissaire enquêteur

IMPENSABLE
INCROYABLE
INACCEPTABLE

Les mots nous manquent pour vous annoncer la triste nouvelle que notre service juridique nous a transmise aujourd’hui en début de soirée.

Le commissaire enquêteur a rendu un AVIS FAVORABLE pour que l’éleveur de visons d’Emagny puisse enfermer et tuer au moins 18200 animaux tous les ans.

Que s’est-il passé dans la tête de Gabriel LAITHIER, cet ancien colonel de gendarmerie à la retraite résidant dans le Doubs qui a été missionné pour rendre un avis objectif sur cet élevage ?

Il réfute nos arguments, les éléments récoltés auprès de nos experts indépendants spécialisés dans la gestion des sols et tout le reste.

Nous ne pouvons pas imaginer qu’il ait pu subir de quelconques pressions, physiques, morales, financières ou administratives…

Quoi qu’il en soit, la décision finale appartient maintenant au préfet.

Tout est entre ses mains.

 

Nous sommes vraiment désolés, vous avez été plusieurs milliers à nous contacter, à signer la pétition nous avons fait tout ce que croyons bon et honnête pour la planète, l’environnement et les animaux.
Mais cela n’a pas suffi face au pouvoir de l’argent.

La conclusion du moment : L’ARGENT EST PUS FORT QUE L’ÉTHIQUE ET LA MORALE EN FRANCE

Conclusions

Rapport détaillé

Le nouveau site de l’élevage de visons d’Emagny

Ce tout nouveau site vient remplacer l’original créé en 2012, plus aéré, plus lisible et avec une ouverture sur la fourrure en général.

Nous parlerons évidemment en majeure Partie de l’élevage d’Émagny, mais vous trouverez également des photos d’un autre élevage très proche de celui d’Émagny, celui de Montarlot les Rioz. Ce dernier étant implanté sur le département de la Haute Saône (70) alors qu’Émagny est situé dans le Doubs (25).
Pourtant il n’y a que 16 kms qui les séparent, nous vous laissons imaginer les tours de passe-passe entre les 2 élevages.
Revenons-en pour le moment à Émagny :
Nous devons passer à la vitesse supérieure puisque les annulations des autorisations d’exploiter ainsi que la condamnation de l’éleveur à de la prison ferme n’ont pas suffi à raisonner les autorités publiques pour fermer définitivement cet élevage de la mort.

Nous avons gagné toutes les batailles, mais pas gagné la guerre.

L’éleveur veut régulariser son exploitation et exploiter 18200 visons !

L’administration et la mairie d’Émagny ont tout fait pour que cet élevage, qui compte depuis sa création (1985) un nombre inouï d’infractions, prospère au détriment de la vie de milliers d’animaux sacrifiés tous les ans, avec des risques majeurs pour l’environnement.

Extrait de la dernière action menée directement contre cet élevage
Merci à la chanteuse KreezyR et à Médhi 

VOUS AVEZ DES INFORMATIONS ET SOUHAITEZ NOUS LES COMMUNIQUER

Contact

  • Ce champ n'est utilisé qu'à des fins de validation et devrait rester inchangé.